FOCUS 2017-2018 : Des Femmes, un peu, beaucoup, musicalement…

CMJN de base
Partout dans le monde, les droits des femmes sont constamment bafoués. Des mariages forcés aux crimes d’honneur en passant par les mutilations génitales sans parler des répudiations plongeant des millions de femmes et d’enfants dans la misère, du harcèlement des travailleuses enceintes au Japon ou encore de l’absence d’installations sanitaires en Afrique subsaharienne entravant la scolarisation de milliers de filles et entraînant encore bien davantage de morts chaque année, force est de constater que les injustices, semblant surgies d’un autre temps, perdurent.
Plus au nord, si la situation semble de prime abord moins dramatique, le quotidien des femmes est pourtant entaché de discriminations multiples et variées : entre persistance des violences conjugales, des disparités salariales à compétences égales entre hommes et femmes, manque de représentativité politique féminine et stéréotypes genrés encore bien vivaces, les notions d’égalité et de parité relèvent surtout de la théorie. Certes, depuis la n des années 1960, une âpre lutte a notamment permis aux femmes de conquérir le droit de disposer de leur corps, de contrôler leur fécondité, et de s’émanciper de la sphère du privé mais la ségrégation reste sensible, le patriarcat régissant encore largement les relations sociales, et le tableau tend même à s’assombrir en ce début de 21e siècle sous la houlette de certains dirigeants peu enclins au respect de leurs droits fondamentaux.
En cette saison 2017- 2018, les Jeunesses Musicales ont choisi, à travers une foisonnante programmation d’artistes et d’œuvres d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs, de mettre en lumière des femmes dans leurs richesses, leurs diversités, leurs complexités, leur créativité, tout en les entourant évidemment d’hommes, ambassadeurs de leurs libertés d’expression.
paradise-sorouriparadise-sorouri-2
PARADISE SOROURI (Afghanistan)

Nous avons ainsi l’honneur, dans le cadre de cette thématique et à travers une diversité stylistique fidèle à nos missions fondamentales, de voir figurer Paradise Sorouri, l’une des premières rappeuses afghanes dévouée à l’éveil des consciences dans son pays et en dehors, les très talentueux quatuors classiques Akhtamar, exclusivement féminin, abordant des pièces populaires arméniennes, et Kaliště évoquant la vie de la compositrice Clara Schumann aux côtés de son époux Robert et de son complice Johannes Brahms, les chanteuses de «Sisters in Crime» au tempérament bien trempé, nous plongeant dans l’Amérique de Bernstein, Gershwin et Porter, le duo de charme électro-pop Faon Faon tout en humeur et en fraîcheur, le trio de chanteuses-instrumentistes- actrices polonaises Sutari questionnant avec un subtil humour les rôles traditionnellement réservés aux femmes, mais aussi les projets «Nina Simone Wild as the Wind», rendant hommage à cette incontournable artiste et à son engagement, «Récital Boxon», à l’écriture dénonciatrice de dérives sociétales actuelles, et «Lucy Nemorosa» inspiré par la Mère des Mères, celle de l’aube de l’humanité.

sutari-poland
SUTARI (Pologne)
Dans un climat politique peu clément envers les femmes, il s’agit de contribuer à sensibiliser chacun à la nécessaire poursuite du chemin de la résistance civique puisque comme nous l’avait annoncé Simone de Beauvoir «il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis ».
Et l’Art, face à ce constat, peut beaucoup. Si la musique n’adoucit pas toujours les mœurs, au moins a-t-elle le pouvoir de délivrer une parole, un message, un sens, à chaque fois singuliers et touchant, pourtant, à la conscience universelle car transcendant les frontières linguistiques, sémantiques et philosophiques.
sisters-in-crime-2jean-fabien-leclanche
SISTERS IN CRIME (Belgique)

Centres régionaux

Tournées JM

Découvrez les projets qui ont travaillé avec les JM

Consultez en ligne

Programmation 17/18

Découvrez les artistes en tournée cette saison

Consulter en ligne